Robba
 



A libertà, ind'è Dostoïevski


A lighjenda di u Cap’Inquisitore hè un strattu d' i Fratelli Karamasov, un capu d’opara di Fiodor Dostoievski chì ci pò aiutà à scavà torna un tema d’attualità, quellu di l’autunumia.
Ci truvemu in Seviglia à u XVI seculu, in tempu di l’inquisizione contru à l’eretichi. Ivan Karamasov inventa una fola chì face contu di u ritornu di Cristu à nantu à sta tarra, è di l’accolta ch’elli li facenu u populu poi u Cap'inquisitore.



Détournement d'une affiche de Tonì Casalonag
Détournement d'une affiche de Tonì Casalonag
« Ùn ai vulsutu caccià li a libertà, à l’omu, è l’ai fatta (…) pigliendu a pratesa chì a libertà andessi à l’incontru di l’omi allivati à bucchizzu, mansi cum’è u pane.
Ai dettu ancu chì l’omu ùn campa cù l’attichju solu d’un pezzacciu di pane, eppuru a sai chì, à nòmine di quellu pane terraniu, u spiritu di sta Tarra ti anderà contru, accanitu ti piglierà a suprana, è tutti à seguità mughjeranu :
Quale s’assumigliarà à st’Urcacciu chì, da u celu, ci hà fattu falà u focu addossu ?
Passaranu seculi è seculi è l’umanità ferà corre a vuciata di i sapientoni è di i savii soi, chì sfragellu ùn ci n’hè pò esse, nè mancu peccati, solu ci si sò i morti di fame.
Aiò ! Dalli puru à manghjà, è fà ch’elli sianu « di vaglia » ! […] Ùn ci n’hè scenza chì li possi dà stu pane fin’tantu ch’elli si steranu lìberi, ma à rombu è à rombu, a ci anu da lascià à i pedi, quella libertà, è ci prigheranu ancu :
« Fate ci puru mansi, ma fate ch’è no manghjessimu »
Tandu capisceranu chì quella libertà ùn hè mancu à pena mansa cum’è u pane di sta tarra, per via chì quellu pane, sò incapace à spartesi lu trà di elli !
Ai cercu tù à prumetteli u pane celestu.

Dalli ! Vale quantu à u pane terraniu, per sta razza d’omi chì fideghja ochjimusinosa, ingrata è scridanzata? Millaie è dicine di millaie d’ànime ti saranu appressu per quessu u pane, ma chì ne serà di quelli millioni è altre milliarde chì ùn la truveranu a furzaccia di sceglie u pane cilestu più cà quellu di a tarra ?
Soca, teni caru di più à quelli più valurosi, i più forti, à quale tuccarà à cunduce à a maiò parte, i curciacci, ti tenenu caru ancu elli, è puru turnaranu robba da sfruttà. Eppuru a frizzione ci hè, per tutti ‘ssi puveracci. […]
Eccula a dumanda, a prima, fàttati à mezu à u disertu, eccuci ciò ch’è tù ai vulsutu schisà à nòmine di una libertà turnata patrona di tuttu.
Iè chì circhendu à risponde, infatta omu l’arcanu di stu mondu. Cuncessu u miraculu di i pani, averesti pussutu palisà u pinseru eternu di l’umanità – quellu propiu intìmu quant’è quellu di u cummunu – Per l’omu chì s’hè liberu, ùn ci hè primura più sparta, più infiarata, cà quella chjama : di pettu à quale indinuchjassi ? […]
À quale u puderà lascià, u pegnu di a libertà, u puveracciu chì u si trascina à tempu natu ?
Soca, da fà ch’elli possinu gode a so libertà l’omi, ci vole à dalli a pace di a cuscenza. È quellu pane datu era l’attichju prontu à assicurà issu fine ; Omu si chjimba di pettu à chì li porghje u pane, è quessa, hè sempre stata. »
F. Dostoïevski
 
 

Un'umanità chì nega a so sugettività

Quellu cap’inquisitore rimpruvereghja à Cristu d’avè cuncessu à l’omu una libertà sprupusitata, invece ch’elli ùn ne volenu mancu, da tante pauracce ch’ella face nasce.
À a Ghjesgia, l'hè tocca à ripiglià l’opera di  Cristu, fendu di manera chì l’umanità sia à l’affollu di : l’attesa di u miràculu, di l’arcanu, è di l’auturità.
Per u cap’inquisitore, a libertà di l’omi hè chjama à fà una scelta, chì andaria ancu à l’incontru di l’autunumia : tuccarà à l’omu di sapè sceglie di pettu à quale chjimbà si. A libertà di l’omi saria dunque, per u più, paradussale è robba di niscentria chì, esse liberu, pare quella chjama fatta à chì li purterà sullevu di pettu à una respunsabilità sprupusitata. A scelta di l’omi si face da ùn avè più nunda da sceglie.
Cusì l’umanità trova sullevu nighendu a so sugettività. Li si pare di pudè campà, solu nighendu l’individuvalità soia, sia purghjendu a so autunumia à un antru, raprisintatu quindi da u cap’inquisitore. Quellu, vole tumbà à chì dice a so particularità, à prò d’una cuerenza, à prò di a mansa di l’ammansati.
 

In francese

« Mais tu n’as pas voulu priver l’homme de la liberté, et tu as refusé, estimant qu’elle était incompatible avec l’obéissance achetée par des pains. Tu as répliqué que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais sais-tu qu’au nom de ce pain terrestre, l’Esprit de la terre s’insurgera contre toi, luttera et te vaincra, que tous les suivront en s’écriant : ‘Qui est semblable à cette bête, elle nous a donné le feu du ciel ?’. Des siècles passeront et l’humanité proclamera par la bouche de ses savants et de ses sages qu’il n’y a pas de crimes et, par conséquent, pas de péché ; qu’il n’y a que des affamés. ‘Nourris-les, et alors exige d’eux qu’ils soient ‘vertueux’ ! […]’ […] Aucune science ne leur donnera du pain, tant qu’ils demeureront libres, mais ils finiront par la déposer à nos pieds, cette liberté, en disant: « Réduisez-nous plutôt en servitude, mais nourrissez-nous.» Ils comprendront enfin que la liberté est inconciliable avec le pain de la terre à discrétion, parce que jamais ils ne sauront le répartir entre eux ! Tu leur promettais le pain du ciel ; encore un coup, est-il comparable à celui de la terre aux yeux de la faible race humaine, éternellement ingrate et dépravée ? Des milliers et des dizaines de milliers d’âmes te suivront à cause de ce pain, mais que deviendront les millions et les milliards qui n’auront pas le courage de préférer le pain du ciel à celui de la terre ? Ne chérirais-tu que les grands et les forts, à qui les autres, la multitude innombrable, qui est faible mais qui t’aime, ne servirait que de matière exploitable? Ils nous sont chers aussi, les êtres faibles. […] Tel est le sens de la première question qui t’a été posée dans le désert, et voilà ce que tu as repoussé au nom de la liberté, que tu mettais au-dessus de tout. Pourtant elle recelait le secret du monde. En consentant au miracle des pains, tu aurais calmé l’éternelle inquiétude de l’humanité – individus et collectivité – savoir : ‘devant qui s’incliner ?’ Car il n’y a pas pour l’homme, demeuré libre, de souci plus constant, plus cuisant que de chercher un être devant qui s’incliner […] un être à qui déléguer ce don de la liberté que le malheureux apporte en naissant. Mais pour disposer de la liberté des hommes, il faut leur donner la paix de la conscience. Le pain te garantissait le succès ; l’homme s’incline devant qui le donne, car c’est une chose incontestée. »
Fiodor Dostoïevski, Les frères Karamazov, trad. Henri Mongault, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » n° 91, Paris, Gallimard, 1952, p. 267-287
 
 

Pè stà à sente

Per u piacè di stà à sentene una littura  : eccula quì
Dimanche 26 Juin 2022
A squadra


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 23 Mai 2022 - 06:09 U Falore Sanghjuvanninu

Lundi 23 Mai 2022 - 05:53 Le corps de l'île, vu par José Gil